France Bleu Orléans partenaire du match
US Orléans - Red Star
le vendredi 28 avril à 20h00

Match à venir

Partenaires

21/6/2014

Le football à Orléans avant 1976

Le football à Orléans avant 1976

Deux clubs orléanais ont dominé les débats depuis le début de XXème siècle : le CASG et l'ASO.

Le premier, à vocation laïque et ouvrière, deviendra le FCO et conservera une tradition formatrice. L'ARAGO, patronage catholique, deviendra le club de la ville, promis à un destin extra-régional.

Fondé en 1903, le Club Athlétique de la Société Générale (puis CA des Sports Généraux) domine les débats sur les bords de Loire : champion du Centre en 1929 et 1935, le club devient l'Olympique Club Orléans (l'OCO) et remporte trois titres régionaux en 1941, 1943 et 1954. En 1964, l'OCO fusionne avec le Cercle Louis Rossat de St Jean de la Ruelle (entente OCO-Rossat) puis avec l'Entente Sportive des Halles d'Orléans en 1968 pour donner naissance au FC Orléans.

Ancré désormais à Saint-Jean-de-la-Ruelle depuis les années 1960, le FC Orléans devient le FC Olympique de Saint-Jean-de-la-Ruelle en 1982. Ses couleurs restent le rouge & noir.

Mais c'est bien l'ASO qui va tirer son épingle du jeu dans l'orléanais.

L'Arago Sport d'Orléans, maître de la région dans les années 1940 :

L'ASO est aussi fondé au début du siècle précédent. Elle provient de la fondation de la Conférence Saint-Paterne en 1899, rebaptisé plus tard Club Athlétique Saint-Paterne, puis Arago Sport d'Orléans, en 1902. Les couleurs du club sont le blanc et le rouge et jouent au stade de la rue Moine, à Orléans. Le nom d'Arago relate la mémoire d'un commandant de bataillon mort lors de la guerre de 1870, tué par les Prussiens.

L'ASO débute dans le championnat de Promotion d'Honneur du Centre à la toute fin des années 1920. En 1934, l'Arago accède à la Division d'Honneur du Centre et y remporte six titres régionaux en six saisons : 1942, 1944, 1945, 1946, 1947 et 1948, sous la coupe de Jules Vandooren, entraîneur-joueur, ancien international français et défenseur à Lille.

L'ASO atteint par deux fois la finale du CFA, en 1947 et 1948. A l'époque, le champion régional n'accède pas à la division supérieure. Ces multiples saisons fastes de l'ASO leur donnent le droit d'accéder à la troisième division française. Lors de ces deux saisons, les champions régionaux se qualifient pour une phase finale. Par deux fois, l'ASO échouera en finale. Le 15 juin 1947, l'ASO est opposé au FC Gueugnon. Le vainqueur de cette finale inscrira pour la première fois son nom au palmarès. Les champions de Bourgogne/Franche-Comté emmené par Laurent Perpère gagne par 2 buts à 1 et se voient remettre le trophée par Jules Rimet.

Place désormais à la CFA, nouvellement créé en 1948, pour l'ASO qui deviendra le club phare du département et se forgera une renommée au niveau national, notamment par ses résultats en Coupe de France.

Les exploits en Coupe de France des années 1940 et 1950 :

En 1945, l'ASO (DH) atteint les quarts de finale de la Coupe de France en éliminant le Red Star (D1) au tour précédent à Angers(2-1), et opposera une grande résistance au futur vainqueur de l'épreuve, le Racing Club Paris (D1), ne s'inclinant que sur le plus petit des scores, 1-0, avec un but de Philippot.

L'année suivante, en 1946, l'Arago (DH) fait encore parler de lui en sortant à domicile, sur un terrain gelé, le stade de Reims (D1), sur des buts de Vaucouleurs et Guy (2-1). L'Equipe titra même : "Les Rémois sesont laissés déborder par les jeunes poulaisn de Vandooren, plein de verves, d'allant, mais à la technique simple et rude." Au tour suivant, l'ASO et le Stade Français (D1) se neutralisent par deux fois. Le Stade Français arracha l'égalisation (1-1) en fin de match sur un but hors-jeu non signalé par le juge de touche. Au deuxième match, les deux équipes se séparent sur le même score, Mandaluniz répond à l'ouverture du score de l'orléanais Vaucouleurs. Il faut donc disputer un troisième match. Cette fois-ci, l'Arago est défait au Parc des Princes (2-1) et Jules Vandooren se cassa la jambe lors de ce match.

Orléans (DH) retrouve quelques années plus tard de nouveau le Racing Club Paris (D1), en 1949. Bernard Bienvenu est désormais l'entraîneur de l'Arago, lui qui a participé en en tant que joueur à l'épopée de 1945. Et une nouvelle fois, un match ne suffit pas à départager les deux clubs. Sur la première opposition, l'Arago démarre bien la partie en menant au score, mais un doublé de Quenolle, malgré les blessures de Wadoux et Leduc, permet aux parisiens d'arracher la prolongation (2-2). Orléans reprend l'avantage mais Kaminski remet les deux équipes à égalité en toute fin de prolongation (3-3). Les orléanais s'aperçoivent que le ballon est crevé une fois ramassé au fond des filets, mais l'arbitre valide tout de même le but, ce qui est contraire au réglement. Lors du second match, le défenseur André Fontaine se blesse rapidement et laisse ses coéquipiers en infériorité numérique quasiment tout le match. Ils s'inclinent 1-0 sur un but de Quenolle, encore.

Lors de la saison 1954-1955, l'Arago (CFA) de Pierre Bini, ancien rémois et stéphanois, élimine Sète (D2) sur le score de 3-1, à la rue Moine, en 32ème de finale. Au tour suivant, les orléanais sortent une nouvelle fois un club professionnel, Perpignan (D2). Le match se joue à Carcassone et Orléans s'impose 2-1.

Dernier fait marquant de l'ASO en Coupe de France, la victoire en 64ème de finale face au FC Nantes (D2), en 1959, avec de nouveau Jules Vandooren sur le banc orléanais.

L'Arago navigue entre le CFA et la DH dans les années 1950 et 1960 :

Quatre coupes du Centre glanées en 1951, 1953, 1956 et 1957 complètent un palmarès unique dans le Loiret qui impose le club au sommet du football régional. Malheureusement, en 1956, l'Arago termine à la douzième place du championnat et redescend en DH. Mais les orléanais ne resteront qu'une saison à ce niveau, réalisant plus tard le doublé coupe du Centre/championnat de DH en 1957.

Le football féminin à partir de 1970 :

La première équipe féminine de football dans le Loiret a été créé en 1970 par Bernard Ranoul. Fier promotteur du football féminin dans le département, il mènera l'équipe féminine en finale du championnat de France en 1975, défait par l'équipe de Reims composée de nombreuses internationales françaises et étrangères, sur le score de 5-0.

La D2 en ligne de mire pour l'Arago dans les années 1970 :

Après un retour de quatre années au niveau régiona à la fin des années 1960, l'USO retrouve le CFA en 1970. L'Arago Sport d'Orléans participe au premier championnat de France de division 3 en de 1971.

La fusion en 1976 au sein de l'US Orléans, nouvellement fondée en 1972, entraîne le club sur le chemin du foot professionnel.

 

--------------------------

Article : Fabrice Garaud & Damien Carré

Olivier Frapolli (depuis 2012) Campagne d'abonnements : 2014/2015

Retour